Confinement réussi lors d’un incendie

incendie amaryllis1

Confinement réussi à la résidence de retraite Les Amaryllis.

"Je tiens particulièrement à remercier les pompiers qui ont fait un travail remarquable ainsi que la cellule d'astreinte. Je souhaite également saluer l'implication de la mairie de Istres et de son premier magistrat François Bernardini avec qui nous sommes restés en contact jusqu'à 4 heures du matin, l'hôpital de Martigues et le SYNERPA."

Propos recueillis auprès de Mme Alexandra DANINOS, directrice générale du Groupe SSD La Coupole...

Le site Presse Agence s'est fait l'écho des évènements survenu ce 1er août aux abords de la maison de retraite dans un article que vous pouvez découvrir ci-dessous :

article presse agence incendie

 

A la suite des bonnes pratiques mise en oeuvre par la maison de retraite "Les Amaryllis" le SYNERPA à diffusé un flash info vers l'ensemble de ses adhérents pour rappeler les bons réflexes à adopter dans ce type de situation :

 

flash info synerpa

LOI ASV – LES CHANGEMENTS

I. CONCERNANT LES DROITS DES PERSONNES ÂGEES

LA PERSONNE DE CONFIANCE

La loi introduit la personne de confiance dans le secteur médico-social, qui accompagnera la personne âgée tout au long de son parcours.
Ainsi, la loi dispose que lors de toute prise en charge dans un établissement ou un service social ou médico-social, tout comme lors d’une hospitalisation, il doit être proposé à la personne accueillie de désigner une personne de confiance.
Les modalités d’informations concernant la personne de confiance seront définies dans un décret.

Cependant, si cette personne sera dans les faits souvent la même que celle désignée dans le secteur sanitaire, il persiste la possibilité́ de designer deux personnes de confiance différentes dans la mesure où leur champ d’actions respectif diffère du sanitaire (avis sur les soins portés au résident) au médico-social (action portée davantage sur les droits du résident).

 Attente de décret sur ce point

LA RECHERCHE DU CONSENTEMENT

Dorénavant et dès maintenant, lors de la conclusion du contrat de séjour, et dans un entretien hors de la présence de toute autre personne, sauf si la personne accueillie choisit de se faire accompagner par une personne de confiance (qu’elle aura préalablement désignée), le directeur de l’établissement doit rechercher, chaque fois que nécessaire avec la participation du médecin coordonnateur de l’établissement, le consentement du résident.

Ainsi, la loi prévoit une obligation de moyens à l’encontre du Directeur qui devra rechercher l’avis éclairé de la personne. Le Directeur l’informe de ses droits et s’assure de leur compréhension. Par ailleurs, il convient de rappeler qu’au-delà de la recherche du consentement, dans les établissements minoritairement habilités à l’aide sociale, l’obligation de signature du contrat de séjour dès l’entrée du résident demeure.

 Mise en œuvre immédiate

L’ENCADREMENT DE LA LIBERTE D’ALLER ET VENIR

Le contrat de séjour peut comporter une annexe (dont le contenu et les modalités d’élaboration sont prévus par décret) qui définit les mesures particulières à prendre, autres que celles définies au règlement de fonctionnement, pour assurer l’intégrité physique et la sécurité de la personne et pour soutenir l’exercice de sa liberté d’aller et venir. Cela ne concerne pas les mesures de contention.

 Attente de décret sur ce point

NOUVELLES MODALITES DE RUPTURE DU CONTRAT DE SEJOUR

A) Par le directeur

La résiliation du contrat par le gestionnaire de l’établissement ne peut intervenir que dans les 3 cas suivants :

• En cas d’inexécution par la personne accueillie d’une obligation lui incombant au titre de son contrat ou de manquement grave ou répété au règlement de fonctionnement de l’établissement, sauf lorsqu’un avis médical constate que cette inexécution ou ce manquement résulte de l’altération des facultés mentales ou corporelles de la personne accueillie
• En cas de cessation totale d’activité de l’établissement
• Dans le cas où la personne accueillie cesse de remplir les conditions d’admission dans l’établissement, lorsque son état de santé nécessite durablement des équipements ou des soins non disponibles dans cet établissement, après que le gestionnaire s’est assuré que la personne dispose d’une solution d’accueil adaptée

La durée du délai de préavis applicable à la résiliation du contrat par le gestionnaire de l’établissement doit être prévue par la publication prochaine d’un décret, mais elle ne pourra pas être inférieure à la durée maximale de celle à l’initiative du résident.

 Attente de décret sur ce point

B) Par le résident

Le résident ou, le cas échéant, son représentant légal peut exercer par écrit un droit de rétractation dans les quinze jours qui suivent la signature du contrat, ou l’admission si celle-ci est postérieure, sans qu’aucun délai de préavis puisse lui être opposé et sans autre contrepartie que l’acquittement du prix de la durée de séjour effectif.

Passé le délai de rétractation, le résident ou, le cas échéant, son représentant légal, peut résilier le contrat de séjour par écrit à tout moment. À compter de la notification de sa décision de résiliation au gestionnaire de l’établissement, elle dispose d’un délai de réflexion de quarante-huit heures pendant lequel elle peut retirer cette décision sans avoir à justifier d’un motif.

Ce délai de réflexion s’impute sur le délai de préavis qui peut lui être opposé.
Le délai de préavis doit être prévu au contrat. Il ne peut excéder une durée qui sera fixée par décret.

 Attente de décret sur ce point

CONSULTATION DU CVS SUR LES PRIX PROPOSES

La loi dispose que le Conseil de la Vie Sociale est consulté au moins une fois par an sur le niveau du prix du socle de prestations et sur le prix des autres prestations d’hébergement ainsi qu’à chaque création d’une nouvelle prestation.

 Mise en œuvre immédiate

MISE EN ŒUVRE DE L’OBLIGATION ALIMENTAIRE

La loi offre désormais la possibilité à tous les établissements de saisir directement (et non plus seulement par l’intermédiaire du résident) le juge aux affaires familiales pour gérer les situations potentiellement conflictuelles concernant le règlement du prix hébergement, notamment entre les enfants ou autres obligés alimentaires.

 Mise en œuvre immédiate

II. L’EVOLUTION DE LA TARIFICATION

LE TARIF SOCLE DE PRESTATIONS HEBERGEMENT

La loi maintient le principe de liberté tarifaire.
Toutefois, le décret n°2015-1868 du 30 décembre 2015 détermine une liste de prestations minimales d'hébergement qui doivent être délivrées obligatoirement dans les EHPAD et INCLUSES DANS LE PRIX DE JOURNEE HERBEGEMENT.

Ce socle minimal de prestations, qui fait l’objet d’un prix global appelé « prix du socle de prestations », entrera en vigueur au 1er juillet 2016 et ne s’appliquera qu’aux contrats de séjour des nouveaux entrants.

Toute clause prévoyant un prix distinct pour une prestation relevant du socle sera réputée non écrite.

Le prix du socle de prestations et les prix des autres prestations d’hébergement sont librement fixés lors de la signature du contrat.

Le tarif hébergement socle devra ainsi contenir à minima :

prestation admin g

ð Mise en œuvre au 01/07/16 pour les nouveaux entrants uniquement

Acquisition de l'EHPAD "Les Amaryllis"

amaryllis

ACQUISITION DE L’EHPAD LES AMARYLLIS

Acteur de référence du secteur des maisons de retraite en France, le groupe SSD LA COUPOLE vient de faire l’acquisition d’un très bel EHPAD dans le département des Bouches du Rhône, à Istres. La résidence « Les Amaryllis », arborée d’une Pinède offre un cadre de vie de grande qualité. Elle dispose d’une capacité d’accueil de 82 lits, dont 2 lits pour de l’accueil temporaire et d’une unité protégée Alzheimer de 19 lits. L’établissement aménagé sur deux niveaux, comprend de nombreux espaces de vie, un ensemble bien-être, d’une salle de kiné, d’un salon de coiffure. La terrasse et les salons avec vue sur la pinède permettent aux résidents d’inviter des proches dans une atmosphère familiale et intime. La restauration se fera toujours sur place. L’établissement dispose également d’un jardin extérieur dédié à la stimulation physique et sensorielle, au jardinage, ainsi qu’à la détente par le jeu. La nature s’inscrit au cœur du projet de la résidence "Les Amaryllis".

DE NOMBREUX PROJETS POUR LA RÉSIDENCE "LES AMARYLLIS"

La maison de retraite médicalisée « Les Amaryllis » va bénéficier des bonnes pratiques d’un groupe reconnu depuis 25 ans pour la qualité de l’accueil dans ses établissements et l’expertise de ses soins. Cela se traduira notamment par de nouvelles formations diplômantes et qualifiantes proposées aux équipes et par le déploiement du projet d’accompagnement personnalisé du résident. Dans ce projet tout est mis en œuvre pour s’adapter à chaque besoin et attente du résident.

RÉSIDENCE DE RETRAITE MEDICALISÉE LES AMARYLLIS
3, allée Adrien Blanc
13800 ISTRES

Tél : 04 42 07 00 20 / Fax : 04 90 50 75 18
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.lesamaryllis.fr

Actualité du Groupe

123venture

Partenariat du fond d'investissement 123Venture avec le Groupe SSD La Coupole signé depuis mars 2015

Le Groupe SSD la Coupole a signé un partenariat avec le Fond d'investissement 123Venture pour son développement depuis Mars 2015 dans l'objectif de réaliser un build-up sur plusieurs établissement de type EHPAD ou de cliniques SSR.

123Venture a investi ces dernières années aux côtés de partenaires, 100M€ dans le secteur de la dépendance-santé, dont 85M€ pour les EHPAD.

Ces investissements représentent à ce jour près de 1 500 lits.

123Venture est le 1er investisseur en France sur le segment des entreprises valorisées entre 0-30M€ avec à ce jour 1.200M€ collectés, et s'est constitué un portefeuille extrêmement diversifié de plus de 300 participations non cotées.

 

Présentation du Groupe SSD La Coupole

presentation 2017

Consultez au format PDF la présentation du Groupe 

 

Des établissements à taille humaine

Les établissements liés aux projets du Groupe SSD La Coupole sont toujours conçus à taille humaine. Les établissements liés aux projets du Groupe SSD La Coupole sont toujours conçus à taille humaine, la composante sociale de la prise en charge étant prépondérante, tant en SSR qu'en EHPAD.

Il convient donc que la prise en charge puisse se faire au plus près du patient ou du résident, sans l'industrialiser. La conception de bâtiments de 80 à 100 lits ou places environ répond à cette attente, tout en permettant de viabiliser les projets sur un plan économique.

Acquisition de l'EHPAD Maguen

Le groupe SSD la Coupole a fait l'acquisition de la maison de retraite médicalisée Maguen dans le 5ème arrondissement de Marseille en décembre 2017

Le projet médical SSR

En ce qui concerne la prise en charge en matière de soins de suite et de réadaptation, celle-ci repose avant tout sur un projet médical solide.

Insertion architecturale dans le milieu environnant

Tous les projets portés par le Groupe SSD visent à adapter l'architecture des bâtiments au milieu environnant. Cela est réalisé dans le cadre des objectifs suivants :

  • Lier les impératifs du projet aux besoins des communes ;
  • Ne pas perturber l'équilibre architectural local, constituant la référence des habitants mais aussi des résidents ou patients natifs du secteur ;
  • Donner à l'ensemble une cohérence entre les enjeux locaux en matière d'urbanisme et ceux liés à la prise en charge des patients et des résidents.